Amar Licina

LA VILLE QUI SE LÈVE (Grad koji se podiže)

Cet endroit est un bras-mort près de l’océan – dit F, alors que nous attendions le bus. Nous regardions la centrale électrique fermée. Nous entonnions un chant de jeunes travailleurs. Personne ne nous souriait, pas même les panneaux publicitaires. Il me bassinait sur ses dettes de jeu, sa tenue du bal de fin d’année toute trempée, son travail au haras. Nous revenions en enfance, où les traumatismes tenaient un meeting. F, le vieux bulgare aux cheveux balayés et moi sommes entrés dans le bus. Des rivières d’ouvriers traversèrent les entrailles de la ville, convergèrent et se jetèrent dans les nouvelles usines. À l’aube, leur hypnose commença.

Cette ville se lève. Cette ville s’évapore. Nous n’avons plus nulle part où nager.

Traduit du bosniaque par Marija Milić et Zivko Vlahovic

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :